Unité de Recherche 3

Santé et Bioéthique

Le dialogue entre la jurisprudence musulmane al-fiqh et la médecine a commencé maintenant    depuis plus d’une cinquantaine d’année. Cette interaction entre les deux domaines est la plus avancé, la plus abouti et la moins frileuse, un nombre important de question tell que le clonage, l’euthanasie, la transplantation d’organes ont déjà été traité en collaboration étroite entre les savants du texte et les médecins. Un travail auquel la Fondation Lastorlabe souhaite prendre part par la promotion des travaux déjà réalisé et par la mise en question de nouvelles problématique lié au domaine médical.

 

Le secteur de la santé a beaucoup évolué, lors des trois dernières décennies, les technologies et les découvertes scientifiques le décryptage du génome à la fin du 20° siècle ont repoussées très loin les frontières de l'impossible, au point d'en perdre la définition même de la médecine. Celle-ci n'est plus envisagée sous le seul prisme curatif. Pour certains technophiles nous nous dirigeons vers une tout autre vocation de la médecine, vers une médecine augmentative, nous sommes passé d’une vocation thérapeutique de la médecine à un idéal « mélioratif », pour certains nous devons considérer la vieillesse et la mort comme des pathologies.

Les médecins doivent non seulement se poser la question du comment guérir mais aussi comment poser les finalités par rapport à la condition humaine. D’ailleurs on remarque que les discussions scientifiques tournent le plus souvent autour de leurs objets et très rarement de leurs finalités.  Cette unité s’intéressera au premier chef à la question éthique dans le domaine médicale.

Comment peut-on être un médecin conscient sans intégrer les finalités de la médecine et les rapports aux autres sciences pour savoir par exemple que ce domaine est soumis au dictat de l’économie mondiale. Quel processus d'innovation mène à la découverte d'un médicament, avant les études cliniques sur les humains ? Dans de nombreux cas, les revues médicales sont sponsorisées et généreusement subventionnées par d’importantes compagnies pharmaceutiques. La recherche médicale, à la recherche de crédits privés pour remplacer le financement public, est de plus en plus télécommandée par les besoins des entreprises. La recherche pharmaceutique s’oriente donc bien trop souvent vers la recherche lucrative.

 

L’unité de recherche Santé et Bioéthique s’intéresse aussi à d’autre médecine, notamment les médecines naturelles, l’homéopathie, l’apithérapie, l’aromathérapie ou encore l’acupuncture quelle place doit-on donner à ces médecines alternatives ? L’épigénétique a ouvert des perspectives enthousiasmantes en tant qu’elle s’intéresse aux mécanismes qui régulent l’expression de nos gènes. En fonction de leur environnement cellulaire ou de celui de l’organisme (conditions de vie, alimentation...). Elle a en effet elle a pour domaine d'étude les changements de l'activité des gènes sous l'influence de l'environnement. Cette unité de recherche accordera une importance à la prévention en tant que première geste de santé au quotidien.     

 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey