unité DE recherche 4

Environnement

 

 

L’humanisme anthropocentrique, est l’une des justifications de la violation et la destruction de la nature, René Descartes dans le Discours de la méthode appelle à considérer l’homme « comme maître et possesseur de la nature ». Or, l’homme est consubstantiel à la nature, Descartes ainsi devient le précurseur du consumérisme des sociétés modernes ! Francis Bacon disait lui dans nuvillon organum « On ne commande à la nature qu'en lui obéissant », comprendre nous permet de commander. Auguste Conte, l’affirme aussi sans détour « Savoir pour prévoir, prévoir pour pouvoir » cette célèbre citation du père du positivisme résume d’une certaine manière la finalité de ce projet moderne, à savoir la domination et l’impérialité de l’homme !

Cette posture anthropocentrique nous la retrouvons également chez certains savants musulmans, cette conception découle d’une mauvaise compréhension du statut du vicaire khalîfah, qui laisse penser qu’il jouit du rôle de mètre-étalon pour mesurer toute chose. L’argument chez certains musulmans est classique, Les humains ont été créé pour adorer Dieu, c’est pour cette raison qui leurs a assujettie la nature at-taskhîr, « Et Il vous a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre » (Coran 45/13). Or, Malgré le rang élevé accordé à l’Homme entre toute les autres créatures, l’être Adamique n’est pas le centre de l’univers, il n’est pas non plus le seul à adorer le créateur. L’adoration et le dénominateur de toute les créatures. « N'as-tu pas vu que tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre glorifient Allah, y compris les oiseaux en vol ? Chacun, certes, a appris sa façon de L'adorer et de Le glorifier. Allah sait parfaitement ce qu'ils font. ». L’être humain ne possède pas la Terre, il n’en a que l’usufruit, le Coran nous rappelle cette vérité « A Dieu appartient tous ce Qui est dans les Cieux et la Terre. ». L’Homme ne possède pas un blanc-seing lui permettant d’agir comme bon lui semble sur terre. Son rang élevé est en réalité tributaire de sa bonne gestion du monde. « Ne semez pas le désordre sur Terre après que l’ordre y a été établi. ».

 

L’unité de recherche Environnement tente de définir le rapport de l’Homme avec l’univers, cette définition est déterminante dans la mesure où elle conduit à une bonne assimilation de la vice gérance et la mesure de la responsabilité qui incombe à l’homme à savoir de protéger la nature. La priorité est en effet de redonner une place plus équilibrée à l'homme en harmonie avec son environnement, dans un respect des écosystèmes présents. Au-delà des abondants textes scripturaires qui appellent l’homme au respect de la création. La préservation de l’environnement représente l’un des objectifs supérieurs de l’islam.

La terre constitue d’une part l’espace pratique de la vice-gérance, c’est la demeure des Hommes. Elle représente également dans le cadre de la vice-gérance, l’une des visés de la fonction de l’homme sur terre à savoir l’édification de la terre « C’est Lui qui vous a créé de la terre et Vous a demandé de l’édifier », la préservation de l’environnement fait partie intégrante de cette édification.

A noté qu’il y a là un lien organique fort qui nous attache à ce monde, dans la mesure où l’on partage avec lui les éléments qui nous constitue, Chaque élément se trouvant sur terre existe également dans notre organisme. La terre est semblable à notre mère, Dieu nous en parle : « Et c'est de la terre que Nous vous avons créés ; c'est à elle que Nous vous ferons retourner et c'est d'elle que Nous vous ferons à nouveau surgir. » 

Poussé par une logique de maximisation des profits, l’activité de l’homme sur terre provoque la destruction de la nature. Disparition des écosystèmes, appauvrissement de la biodiversité déforestation, épuisement des ressources naturelles, augmentation de l’effet de serre, changement climatique, sont autant de sonnettes d’alarme qui appellent à une responsabilisation de l’homme et à questionner nos modes de vie qui participent à cette destruction. Il s’agit ici de sensibiliser sur les risques qui pèsent sur l’environnement.

Développement durable, permaculture, horticulture, biomimétisme, économie bleu, développement des écovillages sont quelques-unes des alternatives mises en avant comme des solutions face aux danger liés à l’environnement. D’un point de vue pratique, l’unité de recherche Environnement s’intéresse aux alternatives qui offrent d’une part au niveau individuel des possibilités de changer les habitudes, et d’autre part au niveau collectif des modèles à même de répondre à la problématique écologique. 

 

L’unité de Recherche Environnement articulera cinq thématiques :

- L’environnement dans les textes scripturaires

- Le défis écologique

- Alternatives écologiques

- Géo-ingénierie

- Collapsologie.

 

 

 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey